Recevoir la newsletter

Épépé – Ferenc Karinthy

Épépé – Ferenc Karinthy
(Épépé, 1970)
Editions Denoël, 2005, 288 pages
Traduction de Judith et Pierre Karinthy
Préface d’Emmanuel Carrère


« En y repensant, ce qui a dû se passer, c’est que dans la cohue de la correspondance, Budaï s’est trompé de sortie, il est probablement monté dans un avion pour une autre destination et les employés de l’aéroport n’ont pas remarqué l’erreur. »

Budaï est un linguiste qui, alors qu’il se rend à une conférence à Helsinski, échoue dans un tout autre endroit. Au début, seulement ennuyé, il se dit qu’il n’a qu’à retourner à l’aéroport et prendre le prochain avion qui le conduira à destination. Mais il se heurte à un comportement étrange des locaux et à une langue inconnue, incompréhensible et indéchiffrable.
La profession de Budaï en fait quelqu’un d’armé pour affronter une telle situation. Pourtant, après une étude minutieuse des sons, signes et de tout ce qui peut caractériser une langue, Budaï ne peut que conclure qu’il se trouve face à un isolat.


Ce roman est très prenant :

> L’auteur ne cherche pas la facilité, bien au contraire. Il place tous les obstacles possibles pour contrarier son personnage.
> Budaï est quelqu’un d’opiniâtre qui force l’admiration. Il teste toutes les options qui pourraient lui permettre de quitter cet endroit. Il est à la fois méthodique et humain, c’est-à-dire susceptible de céder par moment au découragement et de devenir brouillon, désespéré.
> En dépit de la localisation de l’intrigue dans un pays fictif, l’auteur arrive à créer une histoire réaliste. En effet, le comportement de Budaï est globalement rationnel et ses réactions sensées. Comme l’écrit Carrère dans la préface, Budaï suit une logique quasi-mathématique, rigoureuse ; il fait appel à sa formation de linguiste ; il a les pieds sur terre et sait prioriser les actions à prendre.
> Si Karinthy joue au chat et à la souris avec son héros, le lecteur capable d’empathie vit un cauchemar par procuration (si vous êtes plutôt d’un naturel sadique, vous y trouverez aussi votre compte puisque Budaï collectionne les échecs).


L’intrigue est fort bien construite et, au-delà des mésaventures de Budaï, le lecteur a l’occasion de réfléchir à nombre questions (deux exemples) :

> Le basculement que peut prendre la vie d’une personne « éduquée » qui se retrouve aussi démunie qu’un analphabète pour peu qu’on la déracine.
> Budaï remarque que dans ce pays, même les autochtones ne semblent pas se comprendre ou, plutôt, que « … personne n’écoutait personne. » A ce titre, cette « fable » est universelle et intemporelle, voire particulièrement actuelle.


Enfin, ce livre est étonnant. Sa dernière « partie » peut sembler complètement déconnectée du reste alors qu’elle est plutôt l’occasion de faire évoluer encore une fois Budaï en le sortant de la routine tout en soulignant ce qui m’a paru être une critique politique, voire sociale.

Il n’est pas impossible que j’aie aimé ce livre de la première à la dernière page.



« Il est tout à fait confiant, il sera bientôt chez lui. »