Recevoir la newsletter

La vie amoureuse de Nathaniel P. – Adelle Waldman

La vie amoureuse de Nathaniel P. – Adelle Waldman
La vie amoureuse de Nathaniel P. – Adelle Waldman
 (The Love Affairs of Nathaniel P., 2013)
Points, 2015, 331 pages
Traduction d’Anne Rabinovitch


« Nate n’avait pas toujours été le genre de type que les femmes traitent de connard. »

Nate est un trentenaire à qui la vie commence à sourire franchement. Fils d’immigrés roumains, il galérait jusqu’alors pour trouver suffisamment de travaux pour des magazines. Mais il a perçu une avance pour écrire un roman et il attend désormais d’être reconnu et admis dans l’élite new-yorkaise. Cela le fait également paraître plus sexy auprès des femmes du milieu de l’édition et il en profite. S’engager ne fait pas du tout partie de ses projets (plutôt mourir). Le roman débute alors qu’il croise la route de Hannah, femme belle et brillante.

Nate est l’archétype de l’homme qui ne veut surtout pas perdre sa liberté et dont l’approche des relations amoureuses est immature. Il aime séduire mais ne veut pas en assumer les conséquences ; il apprécie qu’une femme soit suffisamment intelligente pour avoir une conversation avec lui (parce qu’il est aussi imbu de sa personne) mais pas qu’elle puisse le surpasser non plus ; surtout, il lui faut une copine peu exigeante, sachant faire sa vie sans lui (car lui ne compte pas s’impliquer dans la sienne), disponible, etc. Evidemment, ça finit toujours mal.

Pourtant, en dépit des défauts de Nate, j’ai eu du mal à beaucoup lui en vouloir. L’auteur a l’intelligence de laisser de l’air au lecteur pour que nous puissions nous faire notre propre opinion de son personnage. Les portraits des (ex)-amies de Nate sont fort intéressants eux aussi, même s’ils ne donnent pas une image très flatteuse des femmes (malheureusement, c'est dans certains cas fort réaliste).

C’est un roman facile et agréable à lire qui n’a l’air de rien mais qui est pourtant très bien vu. Adelle Waldman a su restituer avec justesse une époque, un lieu (la grande ville, le quartier branché), un âge et une génération. Des hommes et des femmes à un âge charnière tant sur un plan professionnel que personnel ; des personnes qui cherchent leurs marques et, parmi eux, Nate qui ne veut renoncer à rien.
C’est drôle et frais aussi, crédible sans être assommant.

Voilà un livre très plaisant à lire, avec une certaine profondeur dans l’analyse mais pas du tout barbant. Pour un premier roman, c’est prometteur.


Ce livre a été lu dans le cadre du jury du meilleur roman Points.