Recevoir la newsletter

Neverwhere – Neil Gaiman

Neverwhere – Neil Gaiman
Neverwhere – Neil Gaiman
Headline Publishing Group, 2011, 400 pages
(VF : même titre chez J’ai Lu)


Richard Mayhew vit et travaille à Londres ; la normalité est son quotidien jusqu’au jour où il vient au secours d’une jeune femme blessée.


Rien de mieux qu’un livre de Neil Gaiman pour s’extraire d’une panne de lecture ou, tout simplement, pour passer un excellent moment. Gaiman est un conteur de talent qui vous embarque dans des aventures passionnantes et effrayantes à la fois, saupoudrées d’une bonne dose d’humour (c’est important). Moi qui suis assez rétive à la littérature de l’imaginaire, j’en suis à mon quatrième Gaiman et je ne compte pas m’arrêter là.


Des héros ordinaires ; des univers extraordinaires

C’est que l’auteur sait raconter de bonnes histoires peuplées de personnages inoubliables et de héros auxquels on peut facilement s’identifier parce que nous partageons les mêmes émotions à commencer par la peur et le sentiment de ne pas être équipés pour surmonter les épreuves qui se présentent.

Neverwhere est très classique dans sa construction mais l’imagination de Gaiman rend l’histoire unique. Ses inventions, et en particulier cet univers du dessous, personnages et lieux, sont incroyablement bien rendus, plus vrais que vrais. Et c’est certainement ce qui fait aussi que j’aime les livres de Gaiman : sa capacité à nous faire voir le quotidien autrement, au-delà des apparences, et à nous faire douter de ce que l'on prend pour la réalité. 


La joie de lire tout simplement

C’est aussi le plaisir de retrouver mon âme d’enfant, cet enfant qui dévorait des histoires sans se préoccuper du style et d’autres considérations d’adulte, mais cet enfant exigeant qui voulait de bonnes histoires qui fassent vibrer, frappent le cœur et l’esprit.
Les histoires de Gaiman sont destinés aux adultes qui n'ont pas renoncé à la vie aventureuse qu'offrent les livres qui font rêver (et cauchemarder - j'ai eu bien moins peur que je ne le craignais).



A recommander sans limites (et à lire en anglais si vous le pouvez) !