Recevoir la newsletter

Gotham Handbook – Sophie Calle / Paul Auster

Gotham Handbook – Sophie Calle / Paul Auster
Actes Sud, 1998, 96 pages
Traduction de Christine Le Bœuf
La photo est un montage de la 1ère et de la 4ème de couverture



Sous-titre : New York, mode d’emploi

> Quelques mots de préambule

Ce livret est le dernier d’une série inspirée par le roman de Paul Auster, Léviathan. En effet, l’écrivain s’était inspiré de Sophie Calle pour créer l’un de ses personnages. L'artiste française a repris cette idée, en l’inversant et en la déclinant. Cette série est donc une façon de mêler la réalité à la fiction dans une sorte de « doubles-jeux ». 

Ce septième livret est déconnecté du roman d’Auster : il est inutile d’avoir lu Léviathan pour apprécier le Gotham Handbook. La « règle du jeu » est présentée et retrace le parcours de cette série. Il faut garder à l’esprit que le livre n’est pas un livre en tant que tel mais une sorte de compte rendu écrit et photographique du projet poursuivi par Sophie Calle.

oOo

L’expérience en jeu est donc pour Sophie Calle de suivre des instructions données par Paul Auster et part d’un texte de ce dernier intitulé : « Manuel d’instructions à l’usage personnel de S.C. concernant la façon d’embellir la vie à New York (à sa demande) ».

Suite aux instructions d'Auster, Sophie Calle débute son expérience par un commentaire qui m’a fait sourire : « Je me demande si Paul Auster a trouvé l’idée de ces instructions concernant la façon d’embellir la vie à New York en étudiant les douze étapes d’un programme des Alcooliques Anonymes, ou bien s’il s’est inspiré de condamnations à des peines d’utilité publique. »


La façon qu'a Calle d’appréhender l’exercice est intéressante en soi. En vérité, c’est l’esprit même de l’expérience qui m’a plu : comment rendre plus humaine la vie dans une métropole où la plupart des gens s’ignorent. Comment embellir le quotidien des autres et s’enrichir par la même occasion ? Donner et recevoir, certes, mais avant tout : prendre le temps de donner, revoir sa façon d’agir au quotidien, la contrepartie étant l’éventuelle bonne surprise de recevoir à son tour un peu d’humanité.

Mais donner n’est pas simple, exige un minimum d’effort, car il s’agit avant tout de donner de sa personne. Or si Sophie Calle ne me semble pas être une personne particulièrement introvertie, cet exercice lui a demandé un effort et, à lire ses comptes rendus quotidiens, on a le sentiment de lire les rapports d’une élève qui essaie de s’appliquer, de faire de son mieux. C’est ce qui rend ce livre attachant car on se rend compte que le don n’est pas nécessairement reçu de façon positive. Je ne pense pas que ce soit dû à la méchanceté inhérente des Hommes mais au fait que nous avons perdu l’habitude qu’un inconnu nous tende la main. Le citadin a tendance à devenir indifférent à ses semblables ; ce n’est pas nouveau. C’est pourquoi les instructions de Paul Auster visent à recréer du lien entre personnes partageant un même espace et à transformer également cet espace, à se l’approprier et à le partager. Cela n’a l’air de rien et pourtant, c’est un sacré défi.

Je vous recommande chaudement la lecture de ce livret qui nous renvoie à nous-mêmes sans lourdeur et avec tout le charme de la personnalité de Sophie Calle.