Recevoir la newsletter

What A Carve Up! – Jonathan Coe

What A Carve Up! – Jonathan Coe
Penguin, 1994, 512 pages
(VF : Testament à l’anglaise)


Dans les années 80, les Winshaws occupent des postes-clefs dans la vie publique anglaise.
Tabitha, déclarée folle et à ce titre enfermée dans « une maison de santé », charge l’écrivain dépressif et reclus Michael Owen d’écrire la biographie de la famille. Une fois que ce dernier commence à effectuer des recherches et à interroger les divers membres de la famille, chacun apparaît sous sa véritable identité.

Mortimer, frère de Tabitha (l’arbre généalogique est fourni et ce n’est pas un luxe), résume bien l’esprit régnant au sein de la famille : ‘They’re the meanest, greediest, cruellest bunch of back-stabbing penny-pinching bastards who ever crawled across the face of the earth. And I include my own offspring in that statement.’


Satire de l’establishment sur fond d’enquête et marqué par l’humour anglais, ce roman a déjà été amplement commenté.
Ce que j’ai particulièrement aimé (outre la critique du thatchérisme et malheureusement ce qui est toujours d’actualité - je pense par exemple aux mesures visant, encore une fois, à laminer le système de santé publique) :

> la construction du roman. Extrêmement bien pensée sans pour autant donner un sentiment trop mécanique, la dynamique de l’histoire engage progressivement le lecteur dans l’aspect « enquête » au point que l’on développe une certaine addiction.
> les personnages et en particulier les Winshaws peuvent paraître stéréotypés alors qu’ils sont surtout cyniques et opportunistes (et tout ce qu’en dit Mortimer dans la citation incluse ci-dessus est vrai). Michael et les personnages secondaires sont moins convaincants bien qu’en ce qui concerne Michael, j’imagine que l’auteur a choisi à dessein un personnage lambda afin de représenter « monsieur-tout-le-monde ».
> tout est formidablement bien ficelé et démontre combien ce roman a été pensé avec intelligence et un sens du détail impressionnant. Arrivée à la fin, j’ai relu quasiment tout le prologue.



Ce livre est diabolique, féroce, émouvant aussi à ses heures (dès qu’il ne s’agit pas des Winshaws) ; il est tout simplement jubilatoire.